courriel: bardessciences.club@gmail.co       site:  https://aubardessciences.jimdo.com      et sur Face book: Au Bar des Sciences

 

Deux films à regarder pour vous donner une idée des Bar des Sciences: 

Version courte: https://vimeo.com/808748480?share=copy

 

Version longue: https://vimeo.com/827674683?share=copy

 

 


  

 

 

Café-théâtre « La Baie des Singes »

 

6 avenue de la République à Cournon

 

 

 

 

   

MARDI 7 NOVEMBRE 2023 à 20 h 33

 

Intelligence artificielle et intelligence humaine

 

L'intelligence artificielle (IA) est aujourd’hui le lieu de tous les fantasmes, de toutes les peurs et de tous les espoirs. Parce qu’elle interroge foncièrement l’intelligence humaine — en ce qu’elle détient le pouvoir de remodeler le monde — l’IA apparaît incommensurable.

La pensée, le raisonnement, l’émotion, l’expérience incarnée, propres à l’intelligence humaine, pourraient ne plus être distinctives si l’on en croit ceux pour qui l’émergence de la conscience chez l’IA n’est que question de temps. Pure divagation selon d’autres, persuadés que ce qui est taxé d’intelligence n’est qu’une compilation de connaissances contextuelles, sophistiquées, mais dépourvues de sens. Pour eux, il n’existe pas d’"intelligence" issue du silicium, d’algorithmes et de modèles de langage statistique. Incomparable avec celle qui a émergé de millions d’années d’évolution dans des environnements biologiques !

Mais qu’est-ce que l’intelligence, si tant est qu’elle soit définissable ?

Hannah Arendt prophétisait en 1961 : "Il se pourrait que nous ne soyons plus jamais capables de comprendre, c’est-à-dire de penser et d’exprimer, les choses que nous sommes capables de faire. … , tout se passerait comme si notre cerveau, qui constitue la condition matérielle, physique de nos pensées, ne pouvait plus suivre ce que nous faisons, de sorte que nous aurions besoin de machines pour penser et pour parler à notre place…".

L’IA interroge tous les enjeux sociétaux : politique, travail, éthique, information, sciences… Sans oublier le défi démocratique : qui sont les grands groupes ou les pouvoirs derrière l’IA ?

 

Paradoxe ou malédiction de cette technologie qui entraînerait la fin d’une humanité qui l’a elle-même conçue ? Une technologie n’étant qu’un outil aux conséquences liées à son utilisation. Humaine, forcément humaine. Cependant, si l’on rejoint Marvin Minsky : "Il n’existe aucun ordinateur conscient de ce qu’il est en train de faire, mais la plupart du temps, nous non plus".

 

MARDI 5 DÉCEMBRE 2023 à 20 h 33

 

L’après covid

 

Trois ans après l’irruption du Covid et au moins 17 millions de décès dans le monde, de multiples questions restent en suspens. À la fois sanitaire, sociétale, juridique, éthique, démocratique ou politique, cette problématique totale nécessite de penser "l’après" à la lumière d’une expérience trop rapidement escamotée par une actualité trépidante.

 

Début 2020, des informations relatives à la circulation d’un virus inconnu commencèrent à se diffuser en France. Quelques semaines plus tard, le 17 mars, après que l’OMS eut décrété que l’épidémie de COVID-19 était une pandémie, entra en vigueur ce que nous avons pris l’habitude d’appeler "le confinement". Il fut appliqué jusqu’au 11 mai puis réactivé, selon des modalités différentes, jusqu’au printemps de l’année suivante.

Trois ans après le déclenchement d’un véritable séisme aux conséquences tragiques par ses millions de morts, nous pouvons avoir le sentiment que tout est redevenu normal et qu’effectivement, pour reprendre une expression largement répandue (avec bien d’autres mots et formules), est venu le temps de "vivre avec le virus". Nous savons bien, pourtant, que les conséquences de cette pandémie et des décisions prises pour l’affronter ont été cruciales pour notre société : mutations technologiques accélérées, voire enclenchées ; transformations des rapports sociaux, des comportements individuels, des modes de vie et de travail ; creusement des failles dans le domaine éducatif et fragilisations psychologiques sans doute accrues, parfois en décalage, en une forme de "ressac" dont il est difficile de prendre la mesure — avec lucidité et discernement.

 

Près de quatre ans après le déclenchement de la crise, peut-on, avec des scientifiques (spécialistes des technologies, sociologues, historiens, psychologues…), mieux cerner les contours du "monde d’après", si tant est qu’il existe ?

 

MARDI 9 JANVIER 2024 à 20 h 33

 

Biomimétisme :

quand la technologie

 

imite la nature

 

Depuis longtemps l'homme s'inspire de la nature pour développer les progrès techniques. Le potentiel offert par le monde vivant est immense. L’extraordinaire diversité qui le caractérise en fait un "réservoir à idées" unique, issu de milliards d’années d’essais et d’erreurs. 

L’objectif du biomimétisme est de s’interroger sur les diverses manières d’imiter la nature et les processus vitaux. C’est aussi comprendre les concepts sous-jacents : comment distinguer le biomorphisme, la bio-inspiration ou le biomimétisme ? Bref, comment prendre « la nature comme modèle, mesure et mentor »* ?

La construction d‘appareils par biomimétisme s'inspire des solutions sélectionnées par l'évolution pour en transposer les principes et les processus en ingénierie humaine. Nous nous inspirons des formes, compositions, matériaux, processus, interactions de la nature pour développer de nouveaux vêtements — les combinaisons des nageurs reproduisant la structure de la peau de requin — ou de nouveaux matériaux : des toits en forme de feuilles, de nouvelles habitations (termitières), de nouvelles énergies, des réseaux, des pratiques agronomiques… Cette pratique ne néglige aucune échelle, allant du macroscopique jusqu'au moléculaire (comme l'ADN ou les protéines). C'est un processus créatif, qui invente l'utile en copiant l'efficace.

De la machine volante de Léonard de Vinci inspirée du vol des oiseaux au bec du martin-pêcheur qui permit aux ingénieurs japonais de dessiner le Shinkansen, TGV japonais, le monde du biomimétisme sera exploré par les scientifiques et experts présents, biologistes, historiens, physiciens, philosophes, qui viendront échanger avec vous.

 

*Institut Cloud pour l'éducation au développement durable

 

CONFERENCES 

 

 

 

 

CONFERENCE-PROJECTION Au cinéma Le Rio

178 rue Sous-les-Vignes – Clermont-Ferrand

JEUDI 12 OCTOBRE 2023 à 20 h

 L’Espace de Réflexion Ethique Auvergne-Rhône-Alpes (EREARA) et le Groupe de Réflexion-Ethique-Clermontois(GREC),en collaboration avec l’Association Le Bar des Scienceset le Cinéma Le Rio, ont le plaisir de vous convier à une soirée « Ciné-débat »

 

 Autour du film « La Petite », avec Fabrice Luchini & Mara Taquin de Guillaume NICLOUX

 A l’issue de la projection, une discussion sera ouverte sur le thème :                GPA : A qui « appartient » l’enfant ?

 Avec la participation de :   -       Mme Christine LASSALAS, juriste-  Mme Sylvia GAY, psychologue

  -     M. le Pr Jean-Etienne BAZIN, Co-Directeur de l’EREARA

Tarif unique : 5,50 € (5,63 € si réservation via le site internet du cinéma le Rio).

Attention, jauge limitée. Pensez à vous inscrire en ligne :

https://www.ticketingcine.fr/index.php?lang=fr&ids=7304&nc=0502

 Au Bar des Sciences

3 rue Gaultier de Biauzat
63000 Clermont-Ferrand
site: https://aubardessciences.jimdo.com

 

Lieu : Cinéma Le Rio

178, Rue Sous les Vignes - 63100 Clermont Ferrand (04.73.24.22.62)

Renseignements : 04.73.75.24.54 & 04.73.75.10.47 

espace.ethique@chu-clermontferrand.fr

https://ereara.com/

 

 


 

Nos Partenaires